Chronique – Le Carnaval aux Corbeaux, Anthelme Hauchecorne

le carnaval aux corbeaux

Edition : Le chat noir
Mon avis :

J’ai décidé d’entamer ce bouquin à l’occasion du Pumpkin Autumn Challenge, créé par la Booktubeuse Le Terrier de Guimause.

J’avais profité d’une promotion sur le site de Kobo pour me le procurer. J’ai vu sur  Booktube que de nombreuses personnes trouvaient le livre magnifique. Personnellement, le format ne m’avait pas convaincue, surtout que depuis la naissance de ma fille, je peine un peu avec le livre papier. C’est encombrant, facile à abîmer, et je dois absolument avoir de la lumière pour continuer ma lecture (super moyen pour empêcher sa petite famille de roupiller). Le format numérique est donc devenu mon meilleur allié.

Bref, je m’écarte du sujet principal, revenons à nos moutons ! Nous allons suivre les aventures de Ludwig et Gabriel, à Rabenheim. C’est la semaine des morts, une fête foraine fait son entrée, de drôles évènements vont s’enchaîner.  L’ambiance est parfaite pour Halloween, j’étais conquise à l’idée de me glisser sous ma couverture, à lire tout en sirotant ma tasse de thé (le gros cliché…). Toutefois, ma lecture ne fut pas aussi « apaisante » que je l’espérais. Je m’attendais à ce que ce soit lugubre, farfelue, certes, mais l’histoire est complexe. Je ne retenais plus le nom des personnages, ne distinguais plus les faits réels ou non, bref, je me sentais perdue.

L’idée et l’ambiance sont parfaites, surtout en période d’automne et d’halloween. Le trop plein d’informations, d’actions, de personnages ont eu raison de moi cependant. Je ressors de cette lecture perplexe et confuse. Je n’ai pas su apprécier ma lecture comme je l’aurais voulu, et c’est bien dommage car l’univers est juste magique, presque unique.

Chronique – Une braise sous la cendre, SABAA TAHIR

Processed with MOLDIV

Edition : PKJ (Pocket Jeunesse)
Laia est une esclave.
Elias est un soldat.
Aucun d’entre eux n’est libre.
Sous l’Empire Martial, la défiance est synonyme de mort. Ceux qui ne dédient pas leur sang et leur corps à l’Empereur risquent l’exécution des personnes qu’ils aiment et la destruction de tout ce qui leur est cher.
C’est dans ce monde brutal, inspiré de la Rome ancienne, que Laia vit avec ses grands-parents et son frère aîné. Sa famille survit comme elle peut dans les allées sombres et pauvres de l’Empire. Ils ne défient pas l’Empire. Ils ont vu ce qui arrive à ceux qui osent le faire.
Mais quand le frère de Laia est arrêté pour trahison, Laia doit prendre une décision. En échange d’aider les rebelles qui ont promis de secourir son frère, elle doit risquer sa propre vie pour jouer les espionne à l’intérieur même de la plus grande académie militaire de l’Empire.
Là-bas, Laia rencontre Elias, le soldat le plus doué de l’école – et secrètement, le plus réticent. Elias ne veut qu’une chose : se libérer de la tyrannie qu’il se doit d’appliquer de par sa formation. Lui et Laia réalisent rapidement que leurs destinées sont étroitement liées, et que leurs choix pourraient bien changer le sort même de l’Empire.
Mon avis :

Oh la la je l’avais repéré depuis un moment ce livre, je ne vous dis pas dans quel état j’étais lorsque je l’ai aperçu à la bibliothèque ! J’adore sa couverture… Je ne sais pas pour vous, mais en ce qui me concerne, j’ai du mal à résister aux belles couvertures… Oui oui, c’est superficiel, je sais. Mais c’est plus fort que moi, je suis en extase devant tant de beauté. Ok je m’arrête là, sinon vous allez prendre la poudre d’escampette :3.

Que vous dire ce de premier tome ? Aaah… Je suis en amour… La plume de l’auteur est simple, fluide et efficace. Dès les premières pages, l’histoire me tenait en haleine. L’univers est original, dangereux, imprévisible… Malgré les nombreuses violences dépeints dans ce livre, les punitions injustes et innombrables, les mots, les phrases, les chapitres sont si bien menés, que je n’ai pas vu les pages défiler. J’ai adoré les personnages principaux, ainsi que leurs proches. Le personnage d’Hélène m’a légèrement moins séduite, elle possède malgré tout, de bons côtés qui m’ont aidée à m’y attacher. On voit chacun des personnages évoluer, on vit les actions et les peines avec eux , on respire presque avec eux. Le seul point qui m’a parfois titillée est la romance. On ne sait pas sur quel pied danser, tellement les personnages principaux éprouvent divers sentiments, se montrent hésitants. Encore une fois, la plume de l’auteur a réussi à modeler l’histoire, de façon à ce que les romances ont finalement leur place.

Ce premier tome est un gros coup de coeur, j’ai hâte de lire la suite, de retrouver cette plume si addictive, ces personnages si attachants, cette intrigue si bien ficelée.

 

Chronique – Endgame, Tome 1 : L’Appel, de James Frey et Nils Johnson-Shelton

Processed with MOLDIV

Edition : Gallimard
Douze jeunes élus, issus de peuples anciens. L’humanité toute entière descend de leurs lignées, choisies il y a des milliers d’années. Ils sont héritiers de la Terre. Pour la sauver, ils doivent se battre et résoudre la Grande Enigme. Si aucun n’y parvient, nous sommes tous perdus.

Ils ne possèdent pas de pouvoirs magiques, ils ne sont pas immortels, mais ils sont entraînés !

Traîtrise, courage, amitié, chacun suivra son chemin, selon sa personnalité, ses intuitions et ses traditions…

Cependant, il n’y aura qu’un seul vainqueur.

Mon avis : 

Je confesse, j’ai été curieuse de découvrir cette saga, après avoir entendu maintes fois qu’elle ressemblait à Hunger games. Cette dernière est une de mes favorites, alors forcément, j’ai été faible (excuse un peu bidon, je te l’accorde haha).

Dès les premières pages, on entre dans une violence folle, une catastrophe qui engendre de nombreuses morts et blessés. La plume de l’auteur me surprend déjà, par son rythme saccadé.  A part le fait que des « élus » doivent s’entretuer pour qu’il n’en reste qu’un seul, il n’existe pas de lien, ni de ressemblance avec Hunger games. L’histoire a commencé à m’intéresser lors de la réunion des joueurs en Chine. Mais très vite, je perdais le fil de l’histoire, notamment avec les noms des personnages, sachant que dans cette saga, on suit non seulement chacun des joueurs, mais en plus, le petit ami d’une candidate, qui lui, ne joue pas. On voyage rapidement avec chacun des joueurs à travers le monde, les aventures, actions et évènements s’enchaînent. Les joueurs nous sont décrits comme étant sombres, antipathiques, égoïstes et violents, exceptés quelques-uns. Malgré le rythme excessivement rapide dès le départ, j’ai mes petites préférences quant aux personnages (surtout Chiyoko !). J’ai détesté le triangle amoureux qui nous est présenté dans ce livre, les trois personnages principaux m’ont clairement agacée. Trop de clichés, le petit-ami collant à souhait (cela aurait pu être mignon, mais ce n’est pas le cas ici), Sarah la quasi-parfaite indécise, Jago le soi-disant « bad boy »… C’est simple, dès que je tombais sur un chapitre qui leur est dédié, je poussais un soupir exaspéré. J’ai trouvé les autres joueurs presque inintéressants. Ils méritaient plus de profondeur et d’intérêt, je suppose que les tomes suivants leur seront davantage consacrés, sachant que des joueurs sont déjà éliminés à la fin de ce premier.

Contrairement à de nombreux lecteurs, j’ai été déçue de ce premier tome. Le rythme était trop saccadé à mes yeux, et j’ai été déçue de la fin. Même si on me dit que les tomes suivants traiteront l’histoire des personnages plus en profondeur, même si l’intrigue de base est très bien pensée et menée, je n’éprouve pas le moindre envie de connaître la suite en fermant ce bouquin. Malgré toutes ces notes négatives, j’ai passé un bon moment au cours de ma lecture, c’est juste que la fin de ce premier tome ne me donne pas suffisamment envie de continuer l’aventure, ni de retrouver les survivants.

Chronique – Alfie Bloom et l’héritage du druide, de Gabrielle Kent

Processed with MOLDIV

Titre : Alfie Bloom et l’héritage du druide
Auteur : Gabrielle Kent
Edition : Michel Lafon

Alfie Bloom est un garçon ordinaire, jusqu’au jour où il reçoit un héritage inattendu : un château ! Et pas n’importe lequel, le château d’Hexbridge, un endroit bizarre où les majordomes ont de bien étranges pouvoirs et où les peaux d’ours peuvent voler. Le garçon y découvre bien vite que les circonstances de sa naissance font de lui l’unique gardien d’une magie vieille de plusieurs siècles. Avec l’aide de ses cousins, Maddie et Robin, il devra tout faire pour la contrôler et la protéger des forces obscures qui veulent s’en emparer.

Mon avis 

A force d’apercevoir ce livre dans les book haul sur Youtube, j’ai fini par me le prendre à la bibliothèque. En toute franchise, je savais uniquement qu’il y avait de la magie, point. Ce n’est pas un pavé, je ne risquais donc pas grand chose si jamais l’histoire ne me plairait pas.

Tout comme dans la saga d’Harry Potter, il existe un monde rempli de magie et de mystère, parallèle au monde « normal ». Le jeune Alfie Bloom hérite d’un château mystérieux, qu’il ne va pas tarder à découvrir du fond en comble, accompagné de ses cousins Maddie et Robin. Ce trio vivra de véritables aventures, à affronter des créatures magiques, un dragon, ainsi que les deux directrices de leur école.

Il s’agit d’un roman jeunesse, les révélations ne sont guère surprenantes, surtout aux yeux d’un adulte. La plume de l’auteur a malgré tout, réussi à captiver mon attention. Les pages tournaient toutes seules, on n’a pas le temps de s’ennuyer, tant les actions et aventures s’enchaînent. Même si je devinais la fin, je retenais mon souffle, je vivais presque les émotions avec les personnages, comme si je me trouvais à leurs côtés.

Ce premier tome met bien l’histoire en place, j’ai tout simplement adoré ma lecture ! La suite est très prometteuse, j’ai hâte de la découvrir :).

Chronique – Aristote et Dante découvrent les secrets de l’Univers, de Benjamin Alire Saeng

Processed with MOLDIV

Titre : Aristote et Dante découvrent les secrets de l’Univers

Auteur : Benjamin Alire Saenz

Maison d’Edition : Pocket Jeunesse

Résumé
Ari, quinze ans, est un adolescent en colère, silencieux, dont le frère est en prison. Dante, lui, est un garçon expansif, drôle, sûr de lui. Ils n’ont a priori rien en commun. Pourtant ils nouent une profonde amitié, une de ces relations qui changent la vie à jamais… C’est donc l’un avec l’autre, et l’un pour l’autre, que les deux garçons vont partir en quête de leur identité et découvrir les secrets de l’univers. 
Mon avis

C’est après tout le monde que je me décide enfin à lire ce bouquin. J’en ai entendu que du bien, que ce soit dans les blogs, sur Instagram, ou encore les chaînes Booktube. Je me le suis donc procuré à la médiathèque (sans oublié le fait que la couverture me faisait clairement de l’oeil). Mais si j’ai mis autant de temps à me décider à le lire, c’est surtout parce que je craignais avoir mis ma barre d’exigence trop haute, à force d’en entendre que du bien.

Aristote et Dante sont deux garçons très différents. Aristote, ayant des soeurs et un frère bien plus âgés, est un solitaire relativement réservé, qui ne manque de rien à première vue. Et pourtant, à 15 ans, il a l’impression d’être perpétuellement en colère, sachant que son frère, étant en prison, est un sujet tabou dans sa propre maison, traité tel un défunt, voire une personne n’ayant jamais existé. Ses parents sont guère communicatifs, notamment son père. Il se cherche, se pose des questions sur lui-même. Tant qu’à Dante, sûr de lui, il entretient une relation presque fusionnelle avec ses parents malgré son adolescence, il assume ses choix et ses opinions, ainsi que l’amour qu’il porte à ses proches.

J’ai réellement apprécié la plume fluide de l’auteur, les pages tournaient à une vitesse folle, sauf vers le milieu, où j’ai trouvé qu’il y avait un peu de longueur. Je me suis facilement retrouvée dans le personnage d’Aristote, ayant de nombreux points en commun avec lui. L’auteur traite merveilleusement bien les diverses étapes de la période d’adolescence, où on se cherche, où on se pose des questions, on cherche à se construire, à forger ses opinions et à les assumer…

A travers des personnages simples et très réalistes, l’auteur amène le lecteur à vivre différentes émotions, avec un grain d’humour par-ci, par-là, et à s’y attacher.

Je pense que vous l’aurez compris, j’ai adoré ce bouquin, il est même devenu un COUP DE COEUR !

 

 

Bilan livresque – Septembre 2017

Hello tout le monde !

Ce n’est pas une box beauté, ni un produit cosmétique dont il s’agit aujourd’hui, mais de mon bilan livresque du mois de septembre !

Je ne vous l’avais jamais encore dit, mais la lecture fait partie de mon quotidien depuis mon enfance. C’est pourquoi j’ai décidé d’intégrer de nouveaux articles consacrés à mes lectures, ainsi que mes acquisitions littéraires.

Allons-y donc !

Ayant un bébé, je ne peux malheureusement pas lire à ma guise. Dès que mon emploi du temps et mon petit boutchou me le permettent, je récupère un bouquin ou ma liseuse chérie et je me replonge dans ma lecture du moment.

Ce mois-ci j’ai lu 8 livres :

 

 

J’ai apprécié l’ensemble de mes lectures, avec malgré tout une petite préférence pour le « Aristote et Dante découvrent les secrets de l’Univers ». Si j’ai un peu de temps, je lui consacrerai un article prochainement.

Et vous, quelles ont été vos lectures du mois de septembre ?

A bientôt !